L'enfant et le 7e art : Bilan 2012

Le festival et l’opération jury ont continué leur progression avec un nouveau record de 41000 entrées et 25 classes jury (3 en Documentaire, 7 en Animation, 15 en Fiction) ont rassemblé tous niveaux confondus (CP à 6e) 641 enfants jury.

Le festival

Des films qui bousculent les clichés, interrrogent et émerveillent les enfants.
Chaque film a été différemment apprécié, les échanges ont démontré la curiosité des enfants face à des situations souvent très éloignées de ce qu’ils vivent et, par leurs questions, ils tentaient de créer des parallèles avec leur quotidien pour mieux en saisir les différences.

Plusieurs films étaient suivis de rencontres avec des intervenants : Musée de la Préhistoire de Nemours, Département Patrimoine de Montigny le Bretonneux, réalisateurs et distributeurs de film ainsi que l’association Entraide Franco-Tibétaine.

Les réactions souvent contrastées des enfants tout au long du festival, indiquent qu’il est nécessaire et salutaire de libérer le jeune public d’une vision formatée de films rapidement consommés, interchangeables, qui,  à force d’effets spéciaux, d’images rapides, d’actions trépidantes, finit par appauvrir leur imaginaire et les éloigner d’une réalité et d’un merveilleux qui nourrit le cinéma

Les ateliers Classes Jury

Sur les 25 classes inscrites cette année, malgré les contraintes budgétaires, 14 classes ont réalisé l’atelier complémentaire d’initiation au tournage.

La  programmation était particulièrement pointue. En fiction, 2 films sur 4 étaient en VO. En Documentaire, un seul film en langue française contre 2 en VO et un film sans narrateur ni dialogues.
Malgré cela, les enfants ont su dans leur majorité s’immerger dans les films et apprécier ce dépaysement par rapport à ce qu’ils ont l’habitude de voir.
Lors des ateliers, l’accent avait été mis sur la VO afin de bien préparer les enfants.

Le palmarès 2012

Journées Fiction
La guerre des boutons d’Yves Robert (1961) recevait la grande majorité des suffrages.
Les couleurs de la montagne, film colombien de Carlos César Arbelaez arrivait deuxième.
Tomboy de Céline Sciamma, a beaucoup intrigué et fait débat. Les jeunes jury ont trouvé le film émouvant et bien interprété.
L’envol de René Bo Hansen était le film le moins plébiscité de la catégorie.

Journée Animation
Dans cette catégorie, 2 films se retrouvaient ex æquo :
Les Contes de la nuit de Michel Ocelot.
L’Ours Montagne film danois de Esben Toft Jacobsen.
Plus ambitieux, Le tableau de Jean-François Laguionie a récolté une voix sur 7. Dommage pour ce film, original sur la forme et le fond qui marquera le cinéma d’animation et arrive malgré tout en 3ème position en nombre des entrées sur 15 films du festival.
La flute et le grelot, film des studios de Shanghai, réalisé en aquarelle, tout en tons pastels et dépourvu de dialogue a laissé nos classes jury un peu perplexes même si certains enfants se sont laissés transporter par ce film lent et propice à la rêverie.

Journée Documentaire
Les 2 classes qui avaient vu les 4 films de la section Documentaire ont toutes deux voté pour Benda Bilili de Renaud Barret et Florent De La Tullaye, un film plein d’espoir contrastant avec Les enfants héritiers d’Eugenio Polgovsky.
La traversée du Zanskar de Frédérick Marx est arrivé en troisième position.
La grotte des rêves perdus de Werner Herzog n’a pas séduit, les enfants sont passés à côté du privilège de cette visite qui bouleverse l’idée que l’on pouvait avoir de nos lointains ancêtres, il y a 36 000 ans.

Une classe jury avait fait le choix de mélanger 2 films de fiction et 2 documentaires,  pour mieux appréhender deux genres différents qui peuvent parfois se recouper.
Leur choix se porta sur La traversée du Zanskar face aux Enfants héritiers et Tomboy face aux Couleurs de la montagne.

En conclusion…

Cette année encore, élèves et professeurs ont relevé le défi et assuré leur mission de jury avec beaucoup de talent.
Les critiques écrites et les restitutions sur scène particulièrement convaincantes, dynamiques et spontanées, attestent du travail effectué tout au long de l’année et surtout du plaisir que les enfants y ont pris.

© 2013 L'enfant et le 7e art – Tous droits réservés