Histoire du cinéma – 3e partie : L'invention

  L'invention du cinéma  
par des séries d'épreuves instantanées, tous les mouvements qui, pendant un temps donné, se sont succédés devant l'objectif,

Bien que l'on ne puisse attribué à une personne seule « l'invention » du cinéma, car il fut le produit de plusieurs siècles d'évolution technologique, de curiosité artistique, et de soif de merveilleux, on peut dire que les frères Lumière, au nom prédestiné, en furent les pionniers dans sa forme actuelle. Mais d'autres aussi participèrent activement à cette aventure :

  • Émile Reynaud et son théâtre optique qui permet de projeter sur un écran une animation de longueur et de durée variables à l'intérieur d'un décor fixe, via deux lanternes magiques. C'est ainsi que furent projeter en public les premiers  « dessins animés », alors appelés pantomimes lumineuses, à partir d'octobre 1892 au Musée Grévin..
  • James Muybridge et ses « photographies animées » dans le but scientifique était d'abord de décomposer le mouvement animal et humain.
  • Louis-Aimé-Augustin Le Prince qui dès 1888 mis au point une caméra et enregistrera des films (mais dont la disparition mystérieuse interrompit les travaux).
  • George Eastman inventeur du film sensible sur support souple et fondateur de l'empire Kodak.
  • Thomas Edison et son kinétoscope, (sorte de coffre en bois surmonté d’un oculaire qui permettait à une personne de visionner un film en boucle tournant à l'intérieur). C'est pour cet appareil qu'il mit au point avec Eastman, le film 35 mm perforé qui devint pour le siècle à venir, le standard du cinéma et de la photographie professionnels. Le Kinétoscope, eut un beau succès d'estime, mais l'attrait du spectacle en salle remporta rapidement les suffrages…

Le Cinématographe Lumière
Sans prétendre donc à l'invention du cinéma, les frères Lumière furent des pionniers incontestables dans se domaine et celui de la photographie (avec l'invention d'un des premiers procédé couleur). Ingénieurs, inventeurs et industriels en même temps, on leur doit notamment la mise au point du Cinématographe (à la fois caméra de prise de vues et projecteur). Le mécanisme du Cinématographe repose sur l’utilisation d’une came excentrique qui transforme le mouvement de rotation de la manivelle en un mouvement vertical de va-et-vient. Ils réalisèrent également et projetèrent sur grand écran, les premiers films cinématographiques, le 28 décembre 1895 au Grand Café à Paris. Sur une des affiches punaisées sur la porte d'entrée, on pouvait lire ceci : « Cet appareil, inventé par MM. Auguste et Louis Lumière, permet de recueillir, par des séries d'épreuves instantanées, tous les mouvements qui, pendant un temps donné, se sont succédés devant l'objectif, et de reproduire ensuite ces mouvements en projetant en grandeur naturelle, devant une salle entière, leurs images sur un écran. »
À l'intérieur, l'appareil était installé au centre de la salle sur un escabeau et dirigé vers un écran de deux mètres sur deux. Parmi les spectateurs figurait un certain Georges Méliès alors directeur de théâtre. D'abord septique, ce dernier compris vite que cette invention pouvait révolutionner le monde du spectacle. À la fin de la séance, il aborda Antoine Lumière et lui proposa de lui racheter son appareil… Mais le Cinématographe n'était pas à vendre ! Du moins pas encore…
1895 - L'arrivée d'un train en gare de La Ciota
1895-L'arrivée d'un train en gare de La Ciota



kinétoscope d'Edison

35 mm filmstrip of the Edison production Butterfly Dance (1894–95
Butterfly Dance – 1895
35 mm filmstrip d'Edison

Cinématographe Lumière
Cinématographe Lumière

  Le cinéma d'aujourd'hui  
En 1904, Pathé distribue 50 % des films diffusés en Europe et en Amérique.

Du Voyage dans la lune (1902) de Mélies à Star Wars (1977) de Georges Lucas, il n'y a pas eu de changement technologique fondamental. Bien-sûr vinrent, les films sonorisés dès 1927 et l'introduction progressive de la couleur après 1945. Passé, l'émerveillement technologique, le procédé narratif emprunta beaucoup à la littérature et le jeu des acteurs au théâtre et au cirque, et le cinéma cherchera longtemps son langage propre… 

En 1901, les deux frères Pathé commencent à fonder leur empire en construisant une usine phonographique à Chatou, ainsi que deux studios de cinéma. Le succès grandissant, ils feront construire près de deux cents salles de cinéma dans le monde. En 1904, Pathé distribura 50% des films diffusés en Europe et en Amérique… Puis vint Hollywood, le fastfood du cinéma ! Et si quelques chefs-d'œuvre y furent tournés, sa logique de production fut plus celle d'une industrie du cinéma que d'un 7e art…

Il faudra attendre les années 80 et l'introduction progressive du numérique, pour pouvoir parler de changement technologique. Un siècle après la projection des frères Lumières à Paris naissait Toy Story (1995) conçu et réalisé de façon entièrement numérique en trois dimensions en utilisant la technique de modélisation (ou même, les acteurs, l'éclairage, la caméra… sont virtuels). Toy Story fut produit par Pixar, appartenant alors à un certain Steve Jobs, PDG d'Apple qui commecialisera en 2007 un balladeur audiovidéo, finalement assez proche du Kinétoscope d'Edison… mais en plus léger !

Melies Voyage dans la lune
Voyage dans la lune (1902) de Mélies

 

iPod Touch
Balladeur audiovidéo iPod Touch

Immortel Bilal
Immortel, de Bilal, un mélange de cinéma avec de vrais acteurs et de réalité virtuelle,
dont l'univers onirique emprunte beaucoup à la mythologie égyptienne, la boucle est bouclée !
Car si l'humain a beaucoup évolué technologiquement, ses rêves et ses peurs, eux sont restés les mêmes…

© 2008 L'enfant et le 7e art – Tous droits réservés